Théâtrorama

Directeur du Centre chorégraphique national de La Rochelle, le chorégraphe Kader Attou s’attaque à une œuvre classique phare du compositeur polonais Henryk Mikolaj Gorecki. L’artiste n’en est pas à sa première audace. Sa nouvelle création est présentée dans le cadre du Temps forts Hip Hop au Théâtre Chaillot, du 10 au 13 novembre. Rencontre avec un prince du hip hop qui ne cesse de nous surprendre.

Mettre en corps cette symphonie n°3 pour soprano et orchestre est plutôt une démarche inattendue. Comment vous est venue l’idée ?
« Ce projet n’est pas né d’une idée, mais plutôt d’une envie. La première fois que j’ai entendu la symphonie, il y a environ quinze ans, j’ai tellement été bouleversé que je me suis promis un jour d’en faire quelque chose. »

Parlez-moi de cette œuvre…
« Gorecki l’a écrite en 1976 pour sa femme. Quand je l’ai rencontré en début d’année, il m’a expliqué qu’il éprouvait aussi à l’époque un immense chagrin dont il ne pouvait se défaire… C’est pourquoi il a écrit ces chants de lamentation. Mais en veillant à laisser entrevoir une note optimiste ! Et contrairement à ce que l’on a pu dire, la symphonie ne repose pas entièrement sur la Shoah. Sur les trois mouvements qui la composent, seul le deuxième renvoie en partie à cet événement tragique. Une jeune fille, Helena, inscrit sur le mur de sa cellule de prison un texte qui démarre par ces mots : « Maman, ne pleure pas », suivis d’une prière de l’Ave Maria. »

Qu’est-ce qui vous a plu dans cette symphonie ?
« Sa simplicité et sa profondeur. Quand je l’ai découverte, j’ai senti qu’elle reposait sur une vraie plainte, mais pas seulement. A l’époque, sa charge douloureuse mais étonnamment positive m’a profondément touché. Car la symphonie est aussi traversée par la lumière. Cette année, en décortiquant la partition avec un musicologue, j’ai compris qu’elle était construite autour de deux gammes : le mineur et le majeur, qui traduit la source lumineuse. Et, cette oscillation musicale m’a plu. »

Crédit photo Xavier Léoty

Vous voulez dire que cette « symphonie des chants plaintifs », comme on l’appelle, est en somme une partition optimiste…
« Complètement. Gorecki la considère d’ailleurs comme telle. »

Pourquoi avoir construit votre spectacle autour de l’intégralité de l’œuvre ?
« Pour moi, cela allait de soi. Il me paraissait impossible de la morceler. Gorecki en a d’ailleurs été très ému. C’est la première fois qu’un artiste s’inspire de l’intégralité de sa symphonie. »

Mais, on peut se demander si la musique ne risque pas de dépasser la danse…
« En effet, le risque était que le hip hop ne disparaisse dans la symphonie. Je pense avoir réussi à établir un dialogue entre la musique et ce qui s’opère sur le plateau. C’est l’une des raisons d’ailleurs pour lesquelles je suis parti à la rencontre de Gorecki, à Katowice (en Pologne), en février dernier. J’avais peur de rentrer en compassion avec la symphonie, de perdre ma liberté chorégraphique. Echanger avec ce compositeur incroyablement humaniste m’a détaché de cette crainte et m’a permis de prendre de la distance. »

Un souhait ?
« Gorecki a présenté pour la première fois sa symphonie en 1977, à Royan. Le public l’a boudée. Certes, elle fouille dans les recoins les plus secrets de l’âme humaine. Mais elle laisse entrevoir aussi l’envol. J’aimerais en quelque sorte réhabiliter sa part lumineuse. »

Propos recueillis par : Frédérique Marchal

Symfonia Piesni Zalosnych
Chorégraphie Kader Attou
CCN de La Rochelle / Poitou-Charentes/ Cie Accrorap
Interprètes : Amine Boussa, Mathieu Furgé, Mabrouk Gouicem, Capucine
Goust, Rachid Hamchaoui, Salem Mouhajir, Véronique Teindas, Vaishali
Trivedi, Sébastien Vela Lopez, Majid Yahyaoui
Musique Henryk Mikołaj Górecki
Symphonie n°3 pour soprano et orchestre opus 36
Du 10 au 13 novembre , Salle Jean Vilar, à 20h30.
Renseignements : 01 53 65 30 00 /
Tarifs : 32€ plein tarif, 24€ tarif réduit, 13€ et 11€ tarifs jeunes
Pour en savoir plus : site web

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest