Théâtrorama

C’est une histoire de hasard heureux, et de coup de foudre instantané. Rien ne prédestinait Céline Perra à trouver le chemin des planches et celui des caméras. Mais la jeune étudiante au profil scientifique qu’elle était alors, ayant grandi à la campagne loin de toute préoccupation artistique, le savait : la scène serait son espace privilégié. Entretien entre secrets et coulisses autour d’une carrière plurielle et libre, et déjà bien remplie.

Pourriez-vous revenir sur votre parcours et les raisons qui vous ont conduite sur scène ?
« Inconsciemment, je suis allée vers ce métier car il allait me permettre de me confronter à l’humain de manière brute, totale, libre, vraie. Vivre mille vies en une, voyager à travers le temps, dans différents pays et les partager avec le public. Le théâtre est un moyen incroyable de faire naître des réactions, des débats, des discussions, des émotions que nous n’avons plus du tout l’habitude de vivre et de partager. C’est le cas avec l’une des dernières pièces dans laquelle j’ai joué, « Danny and the deep blue sea », dont le propos raisonne malheureusement très fort, à l’heure actuelle où nous devons de plus en plus faire face à la violence comme expression du désespoir, de la déshérence, de la perte de repère. L’être humain a besoin qu’on lui raconte des histoires depuis l’enfance. Enfant, on se nourrit de contes, de fables et de légendes, on veut s’évader, croire, découvrir tout ce qui est possible. « On a la vie devant nous », comme dit l’expression. Qu’est-ce qui fait que, même si au fond, on a toujours la vie devant soi, on ne se sent pourtant plus aussi libre ? Qu’on ne s’autorise plus à écouter ? À prendre des risques ? Être acteur aujourd’hui se vit de dix mille façons différentes. Moi, j’ai toujours refusé de « m’attacher à » : l’intermittence, une seule compagnie, un seul style… Je suis très fidèle, mais je veille à ne pas être dépendante, car je veux préserver la créativité et ne pas me couper les ailes. »

Parmi vos « indispensables », vous citez Robert Castle et Alejandra Orozco. Pourriez-vous justement nous en dire plus sur la pièce « Danny and the deap blue sea » et sur votre travail pour incarner Roberta, cette figure d’écorchée vive ?
« J’ai rencontré Robert et Alejandra lors d’un de leurs stages. J’avais envie d’en savoir plus sur cette fameuse méthode « Actors Studio », avec ces grands noms tels que Marlon Brando, Al Pacino ou Meryl Streep que j’admire ! Et j’ai adoré ! Ils sont formidables tous les deux. Je me suis sentie « chez moi ». Robert et Alejandra proposent leur propre version de cette méthode héritée de Stanislavski, basée sur l’idée que nous avons tous une mémoire sensorielle : on croise une inconnue dans la rue et les effluves de son parfum nous font monter les larmes aux yeux… C’était le même parfum que notre grand-mère et tout un tas d’images reviennent à la surface en une seconde. Nos sens enregistrent des informations tout au long de notre vie qui restent en nous, des souvenirs, des réflexes, des goûts, une sensibilité, et cela nous construit en permanence. L’idée de la méthode est de construire les personnages comme l’humain se construit : de façon sensorielle. Même lors du processus de répétition, on va chercher à mettre en place la vie du personnage, ce qu’il a fait, comment il s’est construit, ce qui lui est arrivé, mais uniquement à travers les sens et non de façon intellectuelle. Lorsque l’on joue, plus besoin de réfléchir, de prévoir ou d’anticiper, le personnage s’exprime. Pendant le temps de la pièce, la parole est à Roberta : c’est son moment et elle n’a que ce temps de la représentation pour raconter son histoire, à moi alors de lui laisser toute la place. Comme quand je jouais à la maîtresse… »

Vous travaillez également pour les entreprises pour lesquelles vous dispensez des formations de « théâtre sur mesure ». Pourriez-vous nous expliquer de quoi il s’agit plus précisément ?
« Depuis le tout début de ma carrière, j’ai participé à des interventions en entreprises à travers le théâtre, et bizarrement, ce parallèle ne m’a pas quittée. Le hasard fait aussi qu’en ce moment, je travaille sur un spectacle, « Les Nouveaux Barbares », qui traite de la violence en entreprise. Cette création, dirigée par Frédéric El-Kaïm, a un énorme impact sur le public, c’est encore un exemple de projet pas anodin : à la fin du spectacle, nous organisons un bord de scène pour échanger avec les spectateurs, c’est extrêmement bouleversant de constater comment le théâtre permet de libérer la parole. Ce face-à-face questionne mon métier d’actrice, mes choix, et me fait prendre encore plus conscience de ce que j’ai acquis comme réflexes. Bien entendu, les reflexes « techniques » comme l’utilisation de la voix, l’importance de la respiration, la conscience du langage non verbal, mais aussi, de manière moins technique, le fait de s’autoriser à garder son libre arbitre. Vivre dans une forme d’insécurité professionnelle est difficile à bien des égards mais me permet de ne jamais oublier que cette vie-là, eh bien c’est ma vie, mes choix, mes besoins et que rien n’est gravé dans le marbre ! Ce que je partage avec vous aujourd’hui aura certainement évolué dans huit mois ou dans deux ans… ou pas ! Cela me fait d’ailleurs penser à l’une des plus jolies répliques de « Danny », quand Danny dit à Roberta : « Tout cela, on l’a pas choisi, toi, moi, ce qui nous est arrivé, c’est arrivé, on l’a pas décidé… Mais on peut décider, on peut choisir, pourquoi on n’y aurait pas droit ? » Et venant de ce personnage si violent et désespéré, c’est un grand moment d’émotion et d’espoir. J’adore mon métier : sa créativité, sa magie, son instabilité, sa fragilité et son éclat à la fois m’obligent à me repositionner sans cesse, à choisir et à plonger au cœur de l’humain en permanence. »

Plus d’infos: le site de Céline Perra
Pour suivre un stage avec Robert Castle et Alejandra Orozco
Pour suivre « Danny and the Deep blue Sea » (en février à Munich)
Pour suivre « Les Nouveaux Barbares » (en mai à Toulouse)

Crédit photo ©Kasia Kosinski

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest