Théâtrorama

Une association qui place l’écriture théâtrale au menu de ses priorités et donne un coup de pouce aux auteurs en les récompensant, entre autre, par le Grand Prix de littérature dramatique. L’équipe d’ANETH revient sur ses missions et son action auprès des conservatoires avec le projet d’un « parcours dramaturgique ».

A quelle occasion a été créée ANETH ?
« Dans les années quatre vingt, il apparaît au Ministère de la culture que les auteurs dramatiques ne sont plus à l’honneur sur les scènes ni dans l’édition. D’où une politique volontariste en faveur des nouvelles écritures dramatiques et la création entre autres dispositifs, d’une association baptisée « association Théâtrales »  dont la mission était de découvrir et faire connaître les nouveaux talents et de favoriser leur accès à l’édition et au plateau. »

Quelles sont les missions d’ANETH ?
« Rebaptisée Aneth (Aux nouvelles écritures théâtrales) à l’orée du siècle nouveau, l’association poursuit ces missions, avec une équipe qui au fil des années s’est étoffée, des partenariats qui se sont démultipliés et des publics qui se sont élargis et diversifiés. Un réseau d’Antennes relaye dans les régions les actions d’Aneth. Tout commence par un comité de lecture. Collectif artistique qui lit et sélectionne le répertoire d’aujourd’hui et pourquoi pas de demain. »

Quelle est l’évolution des écritures théâtrales depuis ces dernières années ?
« Le comité de lecture, observatoire privilégié des nouvelles dramaturgies, a pu noter leur évolution. Après un passage par l’intime, puis par un nouveau réalisme trash influencé par les anglo-saxons, les auteurs aujourd’hui se préoccupent du monde tel qu’il va mal en essayant de garder leur distance, par la force du poétique ou du comique, par des constructions savamment architecturée. Cohabitent tragédie et comédie dans une même œuvre. Forme littéraire, montage cinématographique se percutent, l’air du temps est au collage, au mixage, au fragment. Polyphonie, polymorphie, métissage…Le passé et le présent se nourrissent l’un de l’autre ; palimpsestes où les mythes sont reconvertis, les vieilles histoires et les vieilles formes revisitées.La langue est à l’œuvre, toujours, et c’est elle qui prime, souvent… »

Comment se déroule un comité de lecture ?
« Le comité de lecture d’Aneth se réunit une fois pas mois. Il est composé de l’équipe d’Aneth et d’une dizaine de lecteurs. C’est avant tout un espace de réflexion et d’échanges autour des écritures dramatiques. La décision finale n’est jamais évidente, les débats sont très souvent animés et les ressentis contradictoires. L’avis d’un comité de lecture est, bien entendu, le croisement de points de vue différents, nos critères dépendent en grande partie de notre réseau de diffusion. »

Quel est le profil des participants ?
« Tous les lecteurs sont des professionnels : auteurs, traducteurs, dramaturges, universitaires, comédiens, metteurs en scène, etc… »

Quand le Grand Prix de littérature dramatique a-t-il été mis au point ?
« A l’initiative du Ministère de la culture, le Grand Prix de littérature dramatique est né en 2005 avec l’objectif de mettre en lumière l’œuvre dramatique dans le paysage de la littérature. Arrivé à sa sixième édition, le Grand Prix 2010 sera remis au Théâtre de la Ville -les Abbesses, au cours d’une soirée festive le 10 juin. »

Quel a été son impact sur l’aide aux auteurs ?
« Remettant l’écrivain de théâtre dans le champ de la littérature, il favorise la vente des livres de théâtre et attire les metteurs en scène vers des œuvres méconnues.
Ainsi Christophe Pellet, lauréat 2010 a-t-il été plus largement remarqué et apprécié. »

Pouvez-vous nous parler de votre action avec les conservatoires ?
« Pour la première fois , Aneth a réuni 6 conservatoires d’Ile de France et leur a proposé un « parcours dramaturgique » autour de pièces de théâtre inédites issues de la sélection du Comité de lecture d’Aneth. Après une conférence de Jean-Pierre Ryngaert ( dramaturge et universitaire) sur les nouvelles dramaturgies, chaque groupe est reparti avec 4 pièces à lire, ce qui fait au total 24 pièces différentes. Dans chaque conservatoire, les élèves ont lu leurs quatre pièces avant de se réunir en comité de lecture. Chaque groupe a échangé, débattu, puis choisi un texte qu’il souhaitait particulièrement « défendre ». Les élèves ont maintenant pour mission de préparer une présentation scénique de l’œuvre ainsi qu’un dossier dramaturgique. Ils présenteront leurs travaux une première fois à la MPAA (Maison des Pratiques Artistiques Amateurs) le 11 mars . Les auteurs seront présents, ainsi que tous les participants à des comités de lecture ou cercles de lecture initiés par Aneth. L’occasion pour tous de découvrir les œuvres et de débattre. Des praticiens du théâtre, professionnels et amateurs donneront quelques pistes de travail à chaque groupe. La dernière étape se tiendra au Théâtre de l’Aquarium le 27 mars en journée. Chaque groupe disposera d’un temps un peu plus long pour sa présentation. Ce sera une journée un peu festive de rencontres, et de débats animés par Jean-Pierre Ryngaert. Cette action nous tient à cœur pour plusieurs raisons : Elle favorise les rencontres, décloisonne et rassemble les publics. Le texte de théâtre est au cœur du projet, il fédère les énergies, les désirs et les débats. Elle a une fonction pédagogique originale : la pratique d’un comité de lecture, la pratique d’une présentation scénique d’une œuvre. Enfin, les acteurs de demain (professionnels ou amateurs) ont ainsi l’occasion de travailler avec et pour les auteurs émergents d’aujourd’hui. »

Quelles sont les principales demandes des adhérents ?
« Etre guidés parmi les quelques 7 500 pièces de théâtre à lire au centre de ressources dramaturgiques et y trouver leur bonheur. Rejoindre une association et partager avec elle la découverte de nouvelles dramaturgies, des rencontres avec les auteurs de théâtre et les metteurs en scènes et les comédiens qui leur prêtent voix et corps. »

Comment sensibilisez-vous le public aux nouvelles écritures théâtrales ?
« Nous organisons des comités de lecture dans les écoles de Théâtre, des cercles de lecture avec les adhérents d’Aneth, ou en partenariat avec la MPAA, ou d’autres théâtres… Nous organisons aussi des stages de sensibilisation en direction des bibliothécaires, des libraires, des enseignants. Nos Antennes en région ou à l’étranger sont d’importants relais : le fonds d’Aneth est ainsi largement diffusé : en médiathèques, par des associations, des compagnies, des théâtres…. »

Plus d’infos: site web

Vous pourriez aimer çà


  1. C’est Super, nous avons bien besoin de vous, je suis auteur et je respire. Ouf.JM

    fany / Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Pin It on Pinterest

Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !