Théâtrorama

Et de 30 pour le célèbre festival qui transforme les rues d’Aurillac en carrefours des arts et des possibles, en évitant soigneusement tous les mauvais pas et autres culs-de-sac qui pourraient se trouver sur son chemin ! Déjà 30 bougies à souffler sur un gâteau qui se dévore chaque fin d’été à ciel ouvert dans les artères de la préfecture du Cantal. Et si l’on compte le nombre de parts théâtrales qui se partagent depuis toutes ces années, le bilan dressé par Jean-Marie Songy, son directeur artistique, est aussi savoureux que le festin annoncé pour cette nouvelle édition. Empruntant en hommage la formule de Michel Crespin, fondateur du festival disparu en septembre 2014, Jean-Marie Songy promet un « théâtre à 360 degrés, pour parler à la ville entière (…), 24/24 pour que chacun y trouve son “conte”, puise de l’énergie dans les méandres du bricoler et inventer ensemble ».

Alors que les « Préalables » font déjà sillonner dans les rues d’Aurillac troupes et public depuis le 10 août, la trentième édition du festival international du théâtre de rue, organisé depuis 1986 par l’association l’Eclat, se tiendra du mercredi 19 au samedi 22 août. Suivant le mot d’ordre de la compagnie Alixem qui proposera chaque jour de suivre le fil ténu entre réalité et fiction à travers « TRIP(ES) ou mes parents n’ont pas eu les couilles de faire des enfants », ordonnant de « Continuer à tourner, cesser le feu et hurler ! », les différents spectacles inscrits dans la programmation ouvriront une voie vers le rêve et la liberté.

C’est sous une nuit enflammée par la « Veillée d’âmes » de la compagnie Carabosse – qui a déjà illuminé Périgueux et son festival MIMOS il y a quelques semaines – que l’art entamera son œuvre, traçant un sillon onirique pour de nombreuses compagnies, de « La Géographie des bords » des Délices Dada au « Looking for Paradise » par Les 3 Points de suspension, en passant par la transposition géante du chef d’œuvre de Winsor McCay dans « Little Nemo in Slumberland » des Plasticiens volants ou encore « Juste avant que tu ouvres les yeux » de KTHA.

Cette année, la programmation placera l’homme au cœur de toutes les interrogations, le mettant face à sa propre finitude, soumis au hasard et au temps, et le confrontera surtout aux autres et au monde. Le Théâtre de l’unité proposera ainsi par exemple d’imaginer ce que serait un « Parlement » idéal, dans lequel les juges seraient poètes, et où les armes juridiques seraient remplacées par des pinceaux d’artistes. « La 7e Vague » du Théâtre du Centaure dissèquera de son côté les instincts du zoon politikon que nous sommes. Le spectacle de clôture par le Wired Aerial Theatre, en accès libre, se voudra quant à lui engagé, à travers une analyse entre danse aérienne et projection vidéo de la crise écologique actuelle intitulée « As the world tipped », « alors que le monde bascule ».

Déclamations, pyrotechnie, acrobaties, pièces participatives, travelling en paysage urbain, camion-gradin, déambulations chorégraphiques et musicales… la richesse des expressions artistiques qui a fait la marque de fabrique du festival d’Aurillac sera une nouvelle fois infinie. Le festival célèbrera également ses trente ans à travers une exposition rétrospective au musée d’art et d’archéologie de la ville et la production d’un webdocumentaire par le quotidien régional La Montagne. Enfin, un atelier « Objectif2032 » proposé par Hors les murs réunira les spectateurs comme les professionnels, devenant « citoyens et artistes en action », qui seront amenés à réfléchir ensemble autour du devenir des arts en espace public.

Programmation complète et réservations sur le site du Festival d’Aurillac 2015

Rétrospective des 30 ans du festival : Aurillac

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest