Théâtrorama

La Cigale a accueilli, le 24 octobre 2014, la sixième édition de la compétition française de Pole Dance. Unique en son genre dans notre pays, elle est soutenue d’une main d’acier par l’ambassadrice de la PFA (Pole Fitness Association), Mariana Baum, également maîtresse de cérémonie. Un événement à la croisée de plusieurs langages artistiques, bien loin de la réputation légère dont la pole dance souffre depuis son arrivée en France dans les années 2000.

À considérer l’ambiance survoltée qui régnait dans la salle quelques minutes avant le début du spectacle, il n’est pas étonnant d’apprendre que les 1 000 places de la Cigale se sont arrachées en à peine deux jours. Comme à l’accoutumée, c’est à la sylphide Alessandra Marchetti, membre du jury, qu’est revenue l’agréable tâche d’ouvrir le bal, sur une version féminisée de « Smoke on the water ». Enchaînant les « tricks » (figures figées) et les « spins » (figures en mouvement) autour de deux barres verticales de 3.35m de hauteur – l’une fixe et l’autre rotative –, elle a donné sa juste mesure à une soirée qui s’est révélée enchanteresse.

Vainqueurs

Une compétition-spectacle
Au total, ils sont six candidats et onze candidates à prétendre aux cinq titres en jeu cette année (deux prix dans la catégorie « Hommes », trois prix dans la catégorie « Femmes »). Les performances qu’ils proposent, durant de 3.30 à 4 minutes, sont effectuées sur un ou deux morceaux musicaux de leur choix. Leurs mouvements les conduisent d’une barre à l’autre, entre acrobaties et passages de danse pure dans l’espace de quelques mètres séparant les deux barres.

De la volonté de Mariana Baum, la compétition s’articule comme un véritable spectacle, qui a exigé un important travail en amont. Les candidats lui ont en effet fait parvenir plusieurs semaines avant l’événement leurs volontés et orientations en matière de costumes, de musiques et de lumière, qui ont déterminé l’ordre de passage et les ambiances d’éclairage sur scène.

Ainsi, depuis chaque danseur se déploie un univers singulier qui convoque un grand nombre de compétences artistiques. Enchaînements classiques et contemporains, écarts, vrilles dynamiques et transitions au sol, chorégraphies théâtralisées… les danseurs alternent avec une grande souplesse des figures aériennes ou d’autres plus ancrées au sol, laissant entre chaque libre cours à leur imagination au service d’un art pluriel et exigeant.

PranaOvideEtienne-01

Si certains impressionnent par leur vitesse d’exécution – comme Stéphanie Anfosso, dont les mouvements rythmés par « Kosmic Blues » de Janis Joplin feraient presque oublier qu’ils sont effectués sur une barre immobile, ou Keem Saulnier-Martinez qui enchaîne les isolations et les dislocations avec une facilité et une rapidité déconcertantes –, d’autres, à travers des exercices plus fluides, donnent l’impression qu’ils tiennent en main un métal invisible – Marie Gatinaud se fondant aux notes de Sydney Bechet, ou encore Medhi Lefèvre à celles de Jacques Brel.

Quelques-uns empruntent plus librement à toutes les expressions possibles de la danse. Ainsi de Cyd Saylor dans son costume d’évadée de prison, justaucorps rayé et talons hauts et pailletés, dont la performance flirte avec le numéro de cabaret, de Maxime Joret et de Geoffroy Letailleur, athlètes dont les profils et l’assurance pourraient faire penser à des sculptures mobiles, de Claire Francisci dans une chorégraphie remarquable effectuée intégralement sur pointes classiques, et de Prana Ovidé-Étienne pour sa performance envoûtante attestant d’appuis très solides et d’une maîtrise parfaite de sa discipline.

Le temps pour l’invité d’honneur de cette édition, le pole danseur américain multi-récompensé Josiah Grant, dit « Bad Azz », d’offrir un ultime show de très haute volée, et la remise des trophées est venue clore une soirée qui s’est inscrite dans la lignée des éditions précédentes, donnant à ces artistes à part entière toute la reconnaissance qu’ils méritent.

Le palmarès de cette 6e édition
Catégorie « Hommes »
1er prix : Keem Saulnier-Martinez
2e prix : Geoffroy Letailleur
Catégorie « Femmes »
1er prix : Prana Ovidé-Étienne
2e prix : Ellyn Pipard
3e prix : Claire Francisci

Le jury de cette 6e édition était composé de : Elena Gibson (Angleterre), Alessandra Marchetti (Italie), Cindy Cooijmans (Hollande), Davide Lacagnina (Italie) et Josiah Grant (USA – invité d’honneur)

Plus d’informations : Pole dance compétition

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest