Théâtrorama

Biennale nationale de la photographie de danse de Brive-la-Gaillarde

Biennale nationale de la photographie de danse de Brive-la-Gaillarde
« Autoportrait en éclats » Chorégraphie DCA Philippe Decouflé Cannes 2003/12/04

Le temps d’un week-end, le mouvement (capturé)… Le spectacle vivant est par nature fugitif. Nous qui écrivons sur le théâtre, sur la danse, sur le cirque et qui tentons de garder une trace de ce que nous voyons en sommes bien conscients. Que reste-t-il d’une année à l’autre d’une pièce ? Un bout d’histoire, la présence d’un acteur, peut-être une impression générale. La danse nous laisse des musiques dans la tête, nous enivre de mouvements que nous ne pouvons arrêter. Les chorégraphes en sont les premiers conscients qui invitent les photographes lors des répétitions. Ce sont eux qui fixent le souvenir et nous aide à restituer quelque chose de ce qui s’est joué. Pedro Pauwels et sa compagnie en sont bien conscient qui organise cette année encore la 3ème édition de la biennale nationale de la photographie de danse de Brive-la-Gaillarde.

Montrer la complémentarité entre les arts…

La photo plus que la vidéo capture le mouvement. L’image est figée, elle ne reproduit pas le mouvement mais le cristallise lui donne une valeur symbolique. Les avant-gardes étaient fascinés par l’idée d’ainsi suspendre le corps dans les airs, ou de fragmenter une action sur une pellicule. Les danseurs et danseuses ont très rapidement fait partie des modèles privilégiés des photographes, on organisait des représentations spécialement pour eux, on les laissait s’approcher au plus près et expérimenter. Les deux arts se sont nourris et poursuivent aujourd’hui encore leur fructueuse relation. Genre à part entière, la photo de danse annonce le spectacle en même temps qu’il en conserve la mémoire. Les noms sont peu connus du grand public mais la Biennale nationale de la photographie de danse ambitionne de les faire découvrir et redécouvrir ces 26, 27 et 28 mai 2017 à Brive la gaillarde. Trois jours où se succèderont expositions, performances et tables rondes pour couronner le festival Danse en mai, organisé par Les Treize Arches, Scène nationale de Brive-la-Gaillarde.

Biennale nationale de la photographie de danse de Brive-la-Gaillarde
« Pereza » – Chorégraphie Igor Cologne – Biarritz 2016/03/31

Mais aussi initier un mouvement à la ville

La compagnie Pedro Pauwels à l’origine de cette biennale vit et travaille à Limoges, il était très important pour ces danseurs d’initier un mouvement régional et d’établir un vrai dialogue avec la ville. Outre l’exposition d’Olivier Houeix et Nathalie Sternalski sur le thème de L’homme qui danse / Danse masculine au Treize Arches, la photographie se déploie aussi dans les vitrines des commerçants. Le travail d’Olivier Soulié disséminé dans toute la ville sera ainsi offert à la vue de tous les passants. En amont de ses trois jours, des ateliers ont été proposé afin d’inciter les limousins à faire leurs propres photos de danse. Les performances de danses prévues et les consultations de portfolio seront sans nul doute pour les photographes le moment de s’exercer et de rencontrer d’autres professionnels dans un esprit d’ouverture.

Biennale nationale de la photographie de danse de Brive-la-Gaillarde
Infos : Site Internet 

Compagnie Pedro Pauwels

  • Légende photo à la une: « Shoot the moon » – Chorégraphe Jiri Killian – Nederlands Dans Theater Biarritz 2009
  • Crédit photos: Olivier Houeix

Vous pourriez aimer çà

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Théâtrorama

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir plus d'actualités et profitez de nos invitations

Votre abonnement est enregistré avec succès !

Pin It on Pinterest